Guides méthodologiques et ouvrages collectifs

Guides méthodologiques

Hoareau E, Mettre en place les actions hors les murs des CSAPA et des CAARUD : unités mobiles, permanences, consultations avancées, Groupe de recherche sur la vulnérabilité sociale en partenariat avec la Fédération Addiction, 2019, 72 pages.

Les actions dites « hors les murs », menées par les CAARUD et les CSAPA développent l’accessibilité géographique et sociale du dispositif spécialisé, en ouvrant l’accès aux soins en milieu rural et semi-rural d’une part, et en allant vers les personnes marginalisées et éloignées du soin d’autre part. Des initiatives innovantes d’actions hors les murs, destinées à mieux prendre en charge les conduites addictives sont conduites localement sur le territoire français. Leur processus d’implantation et leurs résultats méritent une attention particulière, pour envisager leur caractère transposable sur d’autres territoires de proximité. Mutualiser l’expérience autour des actions déjà existantes peut faciliter l’action des professionnels exerçant en CAARUD et en CSAPA, en les incitant à développer des actions hors les murs sur la base de l’expérience déjà acquise par leurs homologues. 

Ainsi, ce manuel s’efforce d’inspirer et d’encourager l’innovation dans l’intervention hors les murs de toute structure travaillant auprès et avec des publics usagers de produits psychoactifs. Il se présente comme un recueil analytique de stratégies variées adaptées à leurs contextes de mise en œuvre, que chaque acteur peut s’approprier en fonction de ses contraintes et de ses ressources propres.

Consultez le document

Hoareau E, Reynaud-Maurupt C, Hépatite C : Renouvellement des stratégies en CAARUD et CSAPA , Groupe de recherche sur la vulnérabilité sociale, 2018, 92 pages.

Ce guide méthodologique destiné à renforcer l’accès au dépistage et aux soins des hépatites virales s’adresse à tous les professionnels socio-éducatifs, paramédicaux et médicaux du dispositif spécialisé en addictologie (CSAPA, CAARUD, ELSA, services hospitaliers d’addictologie). Il peut également se révéler utile pour tous ceux qui exercent leur action médicale, sociale ou éducative auprès des usagers de substances psychoactives : acteurs de la santé communautaire ou de la prévention en milieu festif, médecins généralistes, pharmaciens. Sa conception s’inscrit dans un contexte favorable pour un renouvellement des pratiques professionnelles li’es à la prévention, au dépistage et aux soins de l’hépatite C : l’arrivée de nouveaux outils de dépistage (TROD, buvards.), la mise à disposition de nouveaux traitements à la fois efficaces et faciles à supporter et surtout, depuis août 2017, l’accès universel au traitement. Ce nouveau contexte thérapeutique et de dépistage élargit les possibilités d’accompagnement vers le traitement et la guérison des usagers de produits psychoactifs et justifie de positionner l’accompagnement au soin de l’hépatite C comme un axe central des pratiques professionnelles en addictologie.

Conçu par le Groupe de recherche sur la vulnérabilité sociale en partenariat avec le RESPADD et la Fédération Addiction, ce manuel a été élaboré dans une logique de transfert de l’expérience, en s’appuyant sur la pratique des professionnels qui se sont saisis de ce nouveau contexte thérapeutique pour expérimenter des méthodes de travail innovantes avec leur public : infirmiers, éducateurs et travailleurs sociaux, médecins hépatologues et addictologues, acteurs et militants associatifs de la lutte contre le VIH et les hépatites virales. En s’appuyant sur leur expertise, ce guide méthodologique a pour ambition de diffuser leur savoir-faire pour favoriser un déploiement plus rapide sur le territoire national de stratégies renouvelées de réduction des risques, de soutien au dépistage et d’accompagnement vers le soin.

Ce travail a pu être réalisé grâce au soutien de la Direction Générale de la Santé (Ministère des solidarités et de la santé).

REYNAUD-MAURUPT C, PRÉVENTION DES CONDUITES ADDICTIVES DESTINÉE AUX JEUNES. STRUCTURER ET METTRE EN ŒUVRE UNE STRATÉGIE TERRITORIALE, GROUPE DE RECHERCHE SUR LA VULNÉRABILITÉ SOCIALE, 2015, 100 PAGES.

Ce guide méthodologique est principalement destiné aux acteurs des collectivités territoriales souhaitant s’investir dans la mise en oeuvre d’un dispositif multiprofessionnel de prévention des conduites addictives destiné aux jeunes. Il constitue également un outil pour les acteurs du dispositif spécialisé en addictologie ou pour les acteurs exerçant auprès des jeunes qui souhaitent impulser une stratégie territoriale de prévention des conduites addictives portée par les élus locaux.

Conçu par le Groupe de recherche sur la vulnérabilité sociale à partir de l’expérience de l’atelier santé ville de Valbonne Sophia Antipolis et d’une revue de la littérature scientifique, ce guide détaille la méthodologie de projet spécifique au processus d’implantation d’un dispositif à composantes multiples dédié à la prévention des conduites addictives et à l’intervention précoce en addictologie, structuré sur la base d’une approche territoriale et transdisciplinaire.

Ce travail a bénéficié du soutien de la Direction générale de la santé (ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes), de la délégation départementale de la MILDECA des Alpes-Maritimes et de la ville de Valbonne Sophia Antipolis.

Des exemplaires gratuits peuvent ëtre transmis sur demande dans la limite des stocks disponibles.

Reynaud-Maurupt C,Intervention précoce et Réduction des risques et des dommages de l’usage de cocaïne basée (crack/free-base). Guide de prévention destiné aux professionnels, décembre 2013, 79 pages

Ce Guide de prévention de l’usage de cocaïne basée (crack/free-base) s’adresse à tous les professionnels du dispositif spécialisé : CAARUD, missions de réduction des risques en milieu festif, CSAPA, CJC.
Il a été réalisé par le GRVS, l’AIRDDS Bretagne et la Direction Générale de la Santé à partir d’une revue de la littérature et de travaux de concertation avec un groupe d’experts. Les experts mobilisés comprennent des spécialistes de la prévention et de la prise en charge en addictologie, des sociologues spécialisés dans ce domaine, des professionnels du champ social et éducatif intervenant particulièrement auprès de cette population, des spécialistes en pharmacologie, mais également des représentants d’associations particulièrement investis dans le champ de la réduction des risques : GRVS, AIRDDS Bretagne, RESPADD, AFR, Technoplus, Spiritek, ASUD, AIDES, Médecins Du Monde, Fédération Addiction, Psychoactif, Charonne, Ego, Bus31/32, CEID, Le cèdre bleu, Clémence Isaure, Graphiti.

L’ouvrage décrit les bonnes pratiques en matière d’intervention précoce auprès des usagers consommateurs de cocaïne basée ou susceptibles de l’expérimenter, fournit les éléments de connaissance essentiels sur les effets et les risques de ce produit, puis détaille les principes de réduction des risques et des dommages spécifiques à cette pratique, sur le plan sanitaire comme sur le plan psycho-social. L’ouvrage peut être téléchargé ci-dessous ou être commandé dans sa version imprimée (ouvrage gratuit hors frais de port) auprès de l’AIRDDS-Bretagne www.cirdd-bretagne.fr

Ouvrages collectifs

Bonnet N, Chihaoui T (sous la direction de), L’usage de substances psychoactives durant la grossesse, RESPADD, 2013, 336 pages.

Ce guide à l’attention des professionnels spécialisés concernant l’usage de substances psychoactives durant la grossesse comprend la traduction française du livre d’Ann Whittaker, Guide to Problem Substance Use during pregnancy, paru chez Drugscope en 2011, enrichie de contributions françaises ou francophones.

Inclus : Hoareau E,  » Les dimensions féminines de l’usage de substances psychoactives (illicites). Hypothèse sur les stéréotypes structurant les pratiques professionnelles à l’égard des personnes usagères de substances « , p. 34-45

Cet article propose de distinguer les femmes usagères de substances psychoactives en fonction de leurs pratiques d’usage, de leur mode de vie et de leurs trajectoires biographiques, tout en mettant au jour des continuités et des ruptures intergénérationnelles entre elles. Ensuite, partant du constat que les femmes se plaignent plus souvent que leurs pairs masculins de situations avec des professionnels du champs médico-social où elles se sont senties humiliées, jugées ou niées dans leur désir, il fait également deux types d’hypothèse. Ces interactions de stigmatisation témoignent d’attentes culturelles à l’égard des femmes relevant de la maternité, du contrôle de la présentation de soi, et de la transmission des valeurs. Ces interactions révéleraient également que les pratiques professionnelles sont orientées par deux stéréotypes genrés de l’usage : expérience initiatique chez les hommes versus signe et facteur de vulnérabilité chez les femmes. Outre une revue de la littérature sur les femmes usagères et une ethnographie des fêtes techno, cet article s’appuie sur le travail d’un groupe de professionnels de CAARUD, consacré à l’exercice professionnel conduit auprès de ce public à Marseille.

Inclus : Reynaud-Maurupt C, Amiel C,  » Les freins au repérage précoce des conduites addictives chez les femmes enceintes « , p. 128-133

Cet article rend compte d’une étude qualitative conduite par le Réseau Sécurité Naissance PACA Est Haute Corse Monaco auprès des médecins (obstétriciens et pédiatres) et des sages-femmes exerçant dans les hôpitaux publics, les cliniques privées et les structures de Protection Maternelle et Infantile. Il met en évidence les freins structurels liés aux modalités d’organisation du suivi pr’natal pour améliorer le repérage précoce des conduites addictives chez les femmes enceintes, ainsi que le manque de sensibilisation des professionnels aux bénéfices du repérage précoce pour la mère et pour l’enfant. Les professionnels soulignent l’absence d’une ligne directrice forte en ce domaine, et le besoin d’outils et de relais. Au niveau local, des dynamiques de travail en réseau ont été mises en oeuvre pour réduire la sous-évaluation et permettre un meilleur accompagnement. Ces approches privilégient la prise en charge transdisciplinaire et permettent aux professionnels médicaux de s’adosser à un dispositif facilitant les diagnostics psycho-sociaux et la mobilisation des moyens disponibles sur les thèmes du logement, des pathologies psychiatriques et des conduites addictives. Des exemplaires du livre sont distribués par le RESPADD (Réseau des Etablissements de Santé pour la Prévention des ADDictions)  https://www.respadd.org/

Hunt G, Milhet M, Bergeron H, Drugs and culture. Knowledge, Consumption and Policy, 2011, Ashgate Edition, 301 pages.
Inclus : Milhet M, Reynaud-Maurupt C, « Contemporary use of natural hallucinogens : from techno cultures to mainstream values”, p. 149-170

Les travaux sur les drogues tendent à être déterminés par l’approche médicale et celle de la criminologie. Les concepts d’addiction d’une part et d’usage de drogue contrôlé d’autre part se sont imposés comme des notions difficilement questionnables. La  » pathologisation  » et la criminalisation sont les perspectives dominantes et il se révèle difficile de décrire la consommation de drogues autrement qu’avec des termes médicaux, ou de concevoir la régulation de l’usage autrement qu’en termes de contrôle ou d’éradication.
Drugs and Culture présente d’autres perspectives analytiques de l’usage de drogues, qui mettent en lumière les dimensions socioculturelles de l’usage des drogues et leur régulation. Ces perspectives examinent les dimensions culturelles de l’usage et sa régulation, en portant une attention spéciale aux liens entre la consommation de substances spécifiques et des groupes sociaux particuliers ainsi qu’aux facteurs qui déterminent les réponses politiques à l’usage des drogues.
En adoptant des approches issues de l’anthropologie, de la sociologie, de l’histoire, ainsi que des sciences politiques et géo politiques pour contrebalancer les approches dominantes de la médecine et de la criminologie, cet ouvrage propose des perspectives internationales et comparatives dans le champ de la recherche sur l’usage de drogues, en s’appuyant sur les recherches les plus récentes conduites en Europe, aux USA, au Moyen-Orient ainsi qu’à Hong-Kong.
L’ouvrage comprend entre autres une analyse secondaire du travail conduit par le GRVS sur les usages contemporains des plantes et des champignons hallucinogènes, en mettant en perspective les pratiques d’usage avec  les valeurs véhiculées par le milieu festif techno, au sein duquel la majorité des personnes rencontrées ont débuté l’usage de ces substances  (voir rubrique  » articles scientifiques  » pour retrouver l’article initial paru dans la revue Substance use and misuse rendant comptant de l’enquête, ainsi que la rubrique  » rapport scientifique  » pour retrouver le rapport complet). L’ouvrage peut être commandé en librairie ou directement acheté chez l’éditeur  https://www.routledge.com/

Costes JM, Les usages de drogues illicites en France depuis 1999, Editions de l’OFDT, 2010, 192 pages.
Inclus :  Escots S, Reynaud-Maurupt C, Cadet-Taïrou A, « La cocaïne et la diffusion de ses usages », p.51-61. Costes JM, Reynaud-Maurupt C, « Les habitués du cannabis », p.73-83.

Quelles ont été au cours des dix dernières années les principales transformations du paysage des drogues illicites en France ? Quelles évolutions a-t-on pu observer concernant les produits, les modalités d’usage et les populations concernées ? Pour apporter des éléments de réponses, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies revient sur les données qualitatives et quantitatives recueillies et analysées par le dispositif Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND). Créé en 1999 par l’OFDT, TREND est en effet centré sur les populations particulièrement consommatrices de produits illicites et sur les phénomènes émergents liés à ces usages.
Les informations fournies par l’ensemble des sites locaux de TREND (Bordeaux, Lille, Marseille, Metz, Paris, Rennes, Toulouse en 2010), le système d’identification national des toxiques et des substances (SINTES) et les nombreuses investigations spécifiques (comme celles conduites par le GRVS) permettent de revenir sur ces grandes mutations.
A travers douze chapitres, cet ouvrage de synthèse décrit les principaux changements intervenus dans l’espace urbain (structures de première ligne, rue, squats…) et l’espace festif techno.
Comme la trentaine de rapports d’ores et déjà produits au sein du dispositif TREND, cette publication a l’ambition d’éclairer les différents acteurs du champ (pouvoirs publics et professionnels) dans leurs prises de décisions et d’informer l’ensemble des citoyens.

Retrouvez l’ouvrage ici

Decrouy G, Reynaud J, Reynaud-Maurupt C, Torrin F, L’exclusion sociale dans les Alpes-Maritimes. VIH, drogues, délinquance, précarité : enquêtes sur le terrain, édition L’Harmattan, col. Minorités et Sociétés, 1997, 312 pages.

Cet ouvrage constitue la première publication du GRVS. Les textes réunis dans cet ouvrage offrent au lecteur quatre illustrations de la vulnérabilité sociale dans les Alpes-Maritimes. Ces études de cas permettent de comprendre la complexité des situations et processus d’exclusion et font un constat des moyens existant à Nice et dans sa région pour tenter d’y remédier. Ce livre retrace les difficultés inhérentes à l’insertion sociale en donnant avant tout la parole aux personnes concernées : malades du sida, usagers de drogues, ex-détenus et personnes sans domicile fixe. L’ouvrage peut être commandé en librairie ou directement acheté chez l’éditeur www.harmattan.fr et est désormais en accès libre par le biais de Google Livres.